Les mythes

I. Les vampires

  C'est au Moyen Age que commencèrent les histoires de vampires... En effet les hommes croyaient aux « non-morts » et aux « revenants en corps ». C'était généralement des excommuniés. Ils étaient enterrés en des terres non sacrées et ne recevaient pas le dernier sacrement c'est pour cela qu'ils étaient plus susceptibles de devenir des « non-morts », ou des âmes en peines ou encore à errer éternellement dans leur corps.

  Au XIVe siècle, les gens croient de plus en plus aux « revenant en corps », surtout en Europe centrale. En effet, des faits anormaux conduisent les populations à y croire. On pouvait observer des morts quitter leur tombe.

  Mais, un spécialiste, Jean Marigny du fantastique expliqua ces phénomènes très logiquement. Selon lui, les familles enterraient leurs défunts sans même vérifier s'ils étaient vraiment mort. Cela explique que des personnes, sortaient des cercueils ; en fait, ils n'étaient pas morts, juste hors de conscience. Tous pensaient qu'ils étaient des « revenants en corps ». C'est aussi pour cette raison que les apparitions de « revenant en corps » correspondent étrangement avec les grandes épidémies de peste.

  Ces fameux « non-morts » avaient encore une particularité : ils suçaient le sang des vivants. En effet, certaines tombes entrouvertes laissaient voir du sang.

  Jusqu'au XVIIIe siècle, la croyance aux « non morts » n'était qu'en Europe centrale.

C'est uniquement à partir de cette époque que cette croyance connaît son apogée et qu'apparut pour la première fois le mot « vampire ».

Une épidémie qui frappa la Serbie va effrayer toute l'Europe.

Lorsque les tombes sont ouvertes, elles sont vides.


 C'est alors que les caractéristiques physiques des vampires seront déterminées au XVIIIe siècle. Il a des sourcils très fournis se rejoignant, des mains poilues, il n'a pas de reflet, ni d'ombre, ses dents sont parfaites, conçues pour détruire. Il ne sort que la nuit pour sucer le sang de ses victimes, de préférence celui des humains, car il est meilleur à celui des animaux. Ce sang lui apporte l'immortalité mais aussi des capacités physiques surnaturelles comme une force augmentée, une résistance et une énergie amplifiée, une aptitude à se régénérer...

   En revanche, le vampire peut quand même être détruit. Dans ce but, il n y a qu'une solution : il faut se munir d'un pieu en bois, celui de la Croix ou d'un bois d'aubépine, celui utilisé pour faire la couronne d'épines du Christ. On peut aussi prendre un poignard béni.

Lorsque les pouvoirs du vampire sont faibles, c'est-à-dire dés l'aube, il faut le poignarder dans le cœur d'un coup sec avec le pieu ou le poignard.

Il faut alors attendre qu'il se désintègre sinon, il faut lui couper la tête et bruler ses restes. Enfin, il ne restera qu'à disperser les cendres.

II. Le graal

1. L'Arche d'alliance :

Selon la Bible, l'Arche d'alliance, (« Arche du témoignage ») est un coffre qui dans lequel il y a les 10 commandements.

L'arche d'alliance, était une sorte de « coffre-fort » dans lequel se trouvaient 2 « pierres ». Ces 2 pierres ont étés volées ; elles ont eut différentes appellations jusqu'à leur nouvelle appellation : GRAAL.

2. Le Graal :

C'est un nom d'origine arabe venant de "Garde al" signifiant "contient la lumière" et d'origine occitane provenant du mot "Grasale" signifiant "Vase", et du mot "Gradale" voulant dire  "Livre".

Le Saint Graal

 Le Saint Graal est la coupe que Jésus a utilisée lors de la Cène dans la tradition chrétienne. C'est dedans qu'a été récupéré le sang du Chris lors de la crucifixion.

La légende du Graal

L'histoire du Graal ne réapparait qu'un millier d'années après la mort de Jésus. C'est au moment de la légende d'Arthur. En effet, la légende du Graal serait liée à la fertilité. Arthur et son peuple seraient atteints d'un grand malheur : un violent évènement aurait entrainé une stérilité.

La légende (Perceval, ou Le Conte du graal) est écrite par Chrétien de Troyes aux environs des années 1190 raconte l'histoire.

Des fées sortaient autrefois des puits pour apporter aux hommes des aliments.C'était dans le royaume de Nogres.

Mais, elles ont étés violés et ne viennent plus ; le royaume est donc stérile.

Un personnage puissant régnait sur le monde fertile: c'était le Roi Pêcheur. Il était assuré de garder le Graal, qui est caché. Mais, à la suite de cet évènement, le Roi Pêcheur aussi est devenu impuissant et stérile. Il faut qu'un élu parmi les chevaliers lui viennent en aide et surveille le Graal à sa place. Le Graal symbolise ici l'abondance, la fertilité, la profusion, la prospérité, puisque, celui qui trouvera le Graal remettra de l'ordre dans le royaume. 

Aussi, de nombreux chevaliers partent, à sa recherche car il contiendrait le breuvage de l'immortalité...

Ils le Graal a aussi plusieurs autres significations.

Par exemple, pour les grecques, le graal est à l'origine de tout. Selon eux, l'air, la terre, l'eau et le feu mélangés ensemble représenteraient le Graal. La mixture des 4 éléments serait ensuite donnés aux nouveaux nés ce qui leur confère une sagesse, véritable richesse de l'âme.

Ici, le Graal est donc présent en chacun de nous.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×