Le grand Oeuvre découvert ?

 Nicolas Flamel

 

 Nicolas Flamel (1340-1418) était un bourgeois parisien du XIVe siècle. Il était très riche grâce à sa carrière d'écrivain public et de copiste.

 

D'après les rumeurs, sa fortune serait également dû au fait qu'il ait créer la pierre philosophale. Il aurait réussit à transformer du mercure en argent pur ...

 

 

Pour réaliser la Pierre philosophale il faut procéder à 3 étapes:

 

Premièrement, l'alchimiste mélange trois constituants à savoir, un minerai, un métal et un acide d'origine organique. Après avoir chauffé, dissout, évaporer le mélange à plusieurs reprises pendant plusieurs années, il faut rajouter un oxydant. Le mélange est ensuite renfermé dans un récipient transparent, la fermeture d'Hermès, puis est chauffé. Le liquide obtenu est de couleur bleue-noire.

 

Deuxièmement, pour obtenir la "spiritualisation du corps" et mettre fin au Petit Œuvre, l'alchimiste va solidifier et séparer le liquide en le mettant en contact avec l'air. Par la suite il va conserver l'eau afin qu'elle ne soit pas exposer à la lumière et aux variations de températures.

 

Enfin, par la fusion du Mercure et du Souffre, l'alchimiste obtiendrait trois agents chimiques: le cuivre alchimique, l'argent alchimique et l'or alchimique. Grâce au verre, qui est broyé dans un mortier d'agate, le cuivre alchimique se disperse et prend une couleur rouge proche du rubis. C'est la fin du grand Œuvre et "l'incarnation de l'esprit".

 

 L'obtention de cette pierre permet la réalisation de certaines actions inédites comme la germination des plantes, la guérison des maladies et la transformation de métaux banales en or pur.

 

 

FULCANELLI

 

Plus récemment, l’alchimie et le secret de la pierre philosophale ont redonné corps au mythe de Nicolas Flamel, entraînant d’autres hommes à s’intéresser à cette « science ».

 

 

     En effet, une légende raconte qu’un mystérieux Fulcanelli Alchimiste français des XIXe et XXe siècles aurait avant de s’éclipser mystérieusement accompli le grand œuvre, il aurait décelé les secrets de la vie éternelle et de la pierre philosophale.

 

Auteur de deux œuvres sur la symbolique alchimique : Le Mystère des Cathédrales et Les Demeures philosophales, il aurait destiné sa vie à réaliser le rêve des alchimistes soit la réalisation du grand œuvre qui est « la compréhension universelle de l’univers » et de percer les secrets de la vie éternelle.

 

 Son disciple, Eugène Canseliet rapporte qu’il aurait rencontré son maître à Séville âgé alors de 113 ans et affirme qu’il bénéficierait du don de dieu et qu’il aurait atteint l’immortalité.

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×